Forum dédié au groupe Saxon
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Queen

Aller en bas 
AuteurMessage
js64
Administrateur - Site Admin
js64

Messages : 15289
Date d'inscription : 17/12/2006
Localisation : Saint Jean Pied de Port (64)

Queen Empty
MessageSujet: Queen   Queen EmptyMer 9 Sep 2009 - 21:21

Queen Queen_10

Queen est un groupe de rock britannique, formé en 1970 à Londres par Brian May, Roger Taylor et Freddie Mercury, tous trois issus du groupe Smile. L’année suivante, le bassiste John Deacon vient compléter la formation et Queen prend son nom définitif.
Groupe britannique qui a connu le plus grand nombre de succès commerciaux ces trente dernières années, l'un des pionniers du clip vidéo ayant exploité avec succès ce mode de communication dès 1975, Queen a conservé, malgré la mort de son leader Freddie Mercury en 1991, de très nombreux admirateurs inconditionnels dans le monde entier.

Bien qu’ayant été rejeté par les critiques à leurs débuts, surtout aux États-Unis, Queen a fini par être plus récemment reconnu pour d’importantes contributions à plusieurs styles de musiques, comme l'arena rock, le heavy metal et le rock progressif ou encore le glam rock et la pop rock, entre autres. De fait, le groupe a très souvent été cité en référence par d’autres acteurs de la scène musicale.
Queen a composé des musiques tirant leur inspiration de genres très variés tout en adoptant une attitude malicieuse et un ton irrévérencieux. Tout autant que leurs musiques, la liste de groupes et artistes qui ont dit tirer certaines influences ou inspiration de Queen (ou d’un des membres) est très variée et s’étend sur bien des pays ou générations. Au nombre de ceux-ci, on peut noter Ben Folds Five, The Darkness, Def Leppard, Extreme, Guns N’ Roses, Kansas, Metallica, Michael Jackson, Muse, Nirvana, The Smashing Pumpkins Styx, Sweet, My Chemical Romance etc.
Michael Jackson, proche de Mercury au début des années 1980, a cité l’album Hot Space comme une influence majeure dans le processus de création de son célèbre Thriller de 1982. Originellement, Mercury était d’ailleurs censé y faire une apparition.
Stone Cold Crazy, tiré de l’album de 1974 Sheer Heart Attack est souvent présenté comme précurseur du sous-genre thrash metal (ou speed metal). Metallica a enregistré une reprise de ce morceau, qui parut sur l’album Rubaiyat - Electra’s 40th Anniversary en 1990, et leur valut un Grammy Award en 1991.
Montserrat Caballé, la célèbre cantatrice, a expliqué à plusieurs reprises comment la musique de Queen — et, dans une moindre mesure, des membres du groupe, constituait une excellente introduction au rock pour les amateurs d’opéra et réciproquement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Il y a vraiment des lacunes sur ce forum  Laughing ...
Je suis fan ... mais pas de tout.
Disons que jusqu'à l'énorme "Live Killers", il n'y a pas de souci même si j'ai un peu de mal avec l'album "Jazz". Mais après, Queen vire trop pop ... "Radio Gaga" et "I Want to Break Free" m'ont vraiment calmé. Il y a quelques bons titres par-ci par-là ...
En fait, des années 80s, je n'ai acheté que "A Kind Of Magic", très bien, et l'excellent "Innuendo". Par la suite, EMI s'est amusé a pondre 36000 Best Of et Greatest Hits à la mord moi le nœud. Je me suis quand même procurer la compilation "Queen Rocks"composée que de titres "musclés" (en plus la pochette est cool).


Dernière édition par js64 le Sam 28 Nov 2015 - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saxon-solidballofrock.fr
T.N.T.

T.N.T.

Messages : 3618
Date d'inscription : 17/07/2008
Localisation : Wallonie

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyMer 9 Sep 2009 - 21:36

Les six premiers albums sont de veritables chef d'oeuvres. Il y a quelques années, en Angleterre ils avaient fait un sondage pour savoir quel etait le plus grand groupe britannique pour le XX siècle, hé bien Queen est arrivé premier devant les Beatles. Et je suis d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rachardblack.blogspot.com/
ronniebzh29

ronniebzh29

Messages : 239
Date d'inscription : 09/03/2007
Localisation : Finistère

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyMar 15 Sep 2009 - 20:14

Queen est le premier groupe dont j'ai été fan, c'est dire l'importance de ce groupe pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gibsonboy
Modérateur
gibsonboy

Messages : 6713
Date d'inscription : 24/12/2006
Localisation : Strasbourg....

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyMar 15 Sep 2009 - 20:21

Pour moi aussi, ce groupe a ete et est toujours important
c'est ce groupe qui m'a ammené au rock hard avec AC/DC 😉
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
js64
Administrateur - Site Admin
js64

Messages : 15289
Date d'inscription : 17/12/2006
Localisation : Saint Jean Pied de Port (64)

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyJeu 26 Nov 2009 - 23:09

La dernière compile de Queen "Absolute Greatest", publiée par EMI, s'est vendue à plus de 250 000 copies la première semaine en Grande Bretagne ...


Dernière édition par js64 le Sam 28 Nov 2015 - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saxon-solidballofrock.fr
T.N.T.

T.N.T.

Messages : 3618
Date d'inscription : 17/07/2008
Localisation : Wallonie

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyDim 21 Mar 2010 - 20:12

LA SAGA DE QUEEN DANS SON INTÉGRALITÉ.


La compilation "ABSOLUTE GREATEST" permet de retrouver pour la première fois sur un seul CD les vingt plus grands succès de Queen. Ces vingt titres couvrent l'ensemble de leur carrière. Le premier sur le disque, c'est "We will rock you". Deux musiciens de Queen nous en parlent : le guitariste Brian May, qui avait signé cette composition, et le batteur Roger Taylor.

"C'est un rythme très reconnaissable. Quand on a commencé l'enregistrement, je pense que personne ne savait ce que ça allait donner. Mais à l'époque, on avait envie de faire participer le public. Et on a vu ce que ça a donné lors d'un fabuleux concert au Bingley Hall de Stafford. C'est un tournant dans l'histoire du groupe. C'est devenu un de nos titres de référence et c'est aussi le titre de notre comédie musicale. Le plus grand compliment qu'on ait pu nous faire à propos de ce titre, c'est que beaucoup pensaient que nous ne l'avions pas écrit, mais qu'il avait toujours existé, un peu comme un classique, un traditionnel qu'on aurait adapté. Ce qui est intéressant, musicalement, c'est qu'il n'y a pas d'instrument, à part la guitare qui vient de commencer à jouer, bien sûr. Il n'y a pas d'autre instrument de musique que cette guitare. Et cette chanson peut être interprétée différemment par chacun. C'est quelque chose de grand. Je crois que ça a été notre premier N°1 américain, dans les classements du Cashbox."

C’est le guitariste Brian May qui est à l’origine de la formation de Queen. Elève brillant, il se destine à une carrière dans l’astronomie, mais sa passion pour la musique va prendre le dessus. Après avoir fondé The Others, il forme un second groupe, Smile, où il rencontre un autre étudiant passionné de musique, le batteur Roger Meddows-Taylor. C'est lui qui nous raconte la suite de l’histoire.

"Brian et moi, nous faisions partie du groupe Smile et lorsque Smile s’est séparé, nous étions déjà amis avec Freddie Mercury. Or, Freddie avait toujours pensé que nous pourrions faire équipe tous les trois et donc, en nous rassemblant, on peut dire qu’il est à l’origine de Queen. Ensuite nous avons essayé cinq ou six bassistes avant de trouver le bon, c’est-à-dire John. A partir de là, Queen était sur les rails, mais vraiment, au tout début, il y avait Brian, moi, puis Freddie qui a servi de catalyseur, et enfin John. Voilà comment tout a commencé."

Le John auquel Roger Taylor fait allusion, c'est John Deacon. C'est le plus jeune du groupe.

Le vrai nom de Freddie Mercury est Farrokh Bulsara. Fils d'un diplomate anglais d'origine indienne, il est né à Zanzibar le 5 septembre 1946. Jusqu'à l'âge de treize ans, il vit à Bombay, avant de revenir passer son adolescence sur l'île de Zanzibar. Il n'arrivera en Angleterre qu'en 1963, bien décidé à tenter une carrière artistique. Freddie joue du piano, il chante, il aime Jimi Hendrix, les comédies musicales américaines, et il voue un véritable culte à Greta Garbo et à Marlène Dietrich.
C’est au cours l’été 70 qu’il rejoint Brian May et Roger Taylor, signant ainsi l’acte de naissance de Queen. Après une année de galères, ils se retrouvent dans un studio de Wembley où, en échange d’un travail de démonstration, on leur accorde l’autorisation de travailler gratuitement pour leur propre compte. C’est ainsi qu’ils enregistrent leur premier album sous la direction du jeune producteur Roy Thomas Baker. Cet album, intitulé simplement “QUEEN”, paraît en juillet 73. C’est un petit succès au Japon et aux Etats-Unis, mais un échec en Angleterre, comme le rappelle Roger Taylor.

"La Grande-Bretagne est un pays bien étrange, souvent déphasé en ce qui concerne la musique, souvent le dernier à réaliser ce qui se passe chez lui. Très insulaire et xénophobe aussi. Et c’est vrai qu’avec notre premier disque, nous avons eu beaucoup plus de succès au Japon et aux Etats-Unis que dans notre propre pays. Ce qui est drôle, c’est qu’après trois ou quatre ans, alors que notre succès était devenu planétaire, ils se sont mis à l’adorer et à l’acheter. Il est devenu disque d’or."

En mars 74, Queen entame une tournée anglaise où le style flamboyant de son chanteur ne passe pas inaperçu. C'est la tournée de promotion de l'album “QUEEN II”, qui vient tout juste de paraître. Il grimpe jusqu’à la cinquième place du hit-parade anglais et le single “Seven seas of rhye” se classe n°11. Brian May nous rappelle comment avait été choisi le nom du groupe.

"Nous avions préparé une longue liste de noms que nous soumettions à tous nos copains en leur demandant ce qu’ils en pensaient. Mais elle ne suscitait chez eux aucun intérêt. Par contre, lorsque nous leur proposions le nom 'Queen', ils réagissaient tous, en bien ou en mal, mais ils réagissaient. Et c’est ce qui nous a décidés. Mais il y a d’autres raisons. Qui dit 'Queen', dit personnage important. Or nous étions suffisamment prétentieux à l’époque pour nous croire importants. Et puis une reine, c’est aussi une diva, ce qui collait parfaitement à la personnalité de Freddie et à l’image globale que nous voulions donner du groupe. Enfin, nous étions parfaitement conscients de la connotation sexuelle du mot 'Queen'."

Le troisième album de Queen, “SHEER HEART ATTACK”, paraît en novembre 74. Il consacre le groupe comme l’une des nouvelles forces majeures du rock. Leur succès s’exporte sur le continent européen et aux Etats-Unis grâce au single “Killer Queen”.

Freddie Mercury est le leader charismatique de Queen, mais il est aussi la principale force créatrice du groupe. C'est ce que confirment de façon magistrale et parfois grandiloquente l’album “A NIGHT AT THE OPERA” et  le single “Bohemian rhapsody”, en novembre 75.
Accompagné par une vidéo remarquable qui n'a pas coûté plus de cinq mille livres Sterling, “Bohemian rhapsody” est N°1 en Angleterre pendant neuf semaines consécutives. A lui seul, l’enregistrement de ce mini-opéra écrit par Freddie a nécessité trois semaines de studio, dont sept jours rien que pour les voix. Roger Taylor se souvient.

"Je crois que ça a été encore plus long, au minimum trois semaines, peut-être un mois. Les vocaux nous ont effectivement pris beaucoup de temps, mais ce qui a causé le plus de problèmes, c’est d’imaginer la chanson dans son intégralité. Nous avions toutes ces petites séquences qu’il fallait mettre bout à bout dans un certain ordre, mais quel ordre ? C’était comme un puzzle dont nous ne savions pas comment imbriquer les pièces."

En décembre 1976, Queen publie “A DAY AT THE RACES”, un nouvel album qu'ils ont produit eux-mêmes. Les ventes sont toujours énormes et le disque leur apporte deux nouveaux tubes : “Somebody to love” et “Tie your mother down”. Dès cette époque, les musiciens de Queen ont des activités parallèles : Freddie Mercury se lance dans la production et Roger Taylor amorce une carrière solo.
Tout le monde se retrouve pour “NEWS OF THE WORLD” en octobre 77. Sur cet album, les quatre musiciens signent les compositions à tour de rôle et se partagent presque équitablement les succès : Brian May a écrit “We will rock you” ; Roger Taylor, “Sheer heart attack” ; John Deacon, “Spread your wings” et Freddie Mercury, “We are the champions”. Roger Taylor et Brian May nous parlent de ce titre.

"Aux Etats-Unis, 'We are the champions' était couplé avec 'We will rock you'. C'est une de nos chansons emblématiques. C'est également devenu un hymne international pour de nombreuses disciplines sportives ou autres. Des politiciens l'ont même utilisée. C'est étonnant. La première fois que j'ai entendu le texte de Freddie, j'ai été surpris. Mais il m'a expliqué que ce titre n'était pas aussi arrogant qu'on pouvait le penser. Lui, il voulait plutôt parler du sentiment que chacun a d'être un champion. Il y mettait aussi une idée de communauté, c'est nous, nous tous ensemble. Je trouve que c'est une grande chanson. On s'en est rendu compte quand on a tourné la vidéo. On avait loué un petit théâtre à Wembley, on a demandé à nos fans de venir et on a joué ce titre devant eux. Alors qu'ils ne l'avaient encore jamais entendu, ils ont tous réagi spontanément en agitant les bras en rythme. Je crois que c'était au New London Theatre, sur Drury Lane, à Londres. Pendant de nombreuses années, on a terminé nos concerts avec ce titre. C'était vraiment ce qu'il fallait pour terminer en beauté et ça permettait à Freddie de montrer toute l'étendue de son talent."

Queen renoue avec un rock and roll plus simple et plus direct sur l'album "JAZZ", qui paraît en novembre 78. Il a été enregistré à Nice et à Montreux, avec un bref retour de Roy Thomas Baker à la production. C'est la première fois qu'un de leurs disques a été réalisé en dehors de la Grande-Bretagne, un choix dicté par des raisons fiscales.

En juin 79, Queen propose un album public, le double “LIVE KILLERS”, qui a été réalisé au cours de la tournée anglaise précédente. Sur scène, les prestations du groupe ne sont pas toujours à la hauteur de leurs ambitions discographiques, malgré l’indéniable charisme de Freddie Mercury. Mais le spectacle est toujours grandiose et démesuré.
Enregistré à Munich et produit par Mack, l’album “THE GAME” sort en juin 80 et consacre définitivement Queen aux Etats-Unis. On y retrouve “Crazy little thing called love”, un titre qui avait été N°1 outre-Atlantique quatre mois plus tôt. Freddie Mercury l'avait écrit en dix minutes dans son bain, au "Bayerischer Hof Hôtel", à Munich.

En octobre 1980, un autre extrait de l'album "The Game" est N°1 aux Etats-Unis. Il s'agit d'une composition de John Deacon, "Another one bites the dust",  nettement inspirée d’un riff de basse du groupe Chic. Avec trois millions et demi d’exemplaires écoulés, c’est la meilleure vente mondiale de single pour l’année 80.

Débordants d'activités, les musiciens de Queen composent aussi la musique du film “FLASH GORDON”, qui paraît en décembre 80. Deux mois plus tard, ils sont en Amérique du Sud où ils établissent un nouveau record d’affluence : à Sao Paulo, ils jouent devant plus de deux cent cinquante mille personnes. En novembre 81, alors que la compilation "GREATEST HITS" vient tout juste de sortir, le groupe crée la surprise en s’associant avec David Bowie le temps d’un titre, “Under pressure”, qui est N°1 en Angleterre. C'est le premier N°1 de Queen depuis “Bohemian rhapsody”. Roger Taylor n'a pas oublié cette collaboration avec David Bowie.

"David vivait en Suisse, pas très loin de notre studio. Au fil des années, nous étions devenus amis et il avait pris l’habitude de nous rendre visite quand nous étions là. Nous jouions ensemble de vieux titres mais un soir, il était assez tard, nous lui avons proposé une nouvelle chanson. Nous nous y sommes tous mis, on y a passé la nuit et au matin, nous avions écrit 'Under pressure'. Et nous avons fini la chanson un mois plus tard, à New-York."

L’album “HOT SPACE” paraît en mai 82. Mais cette fois-ci, la magie n’opère pas. L’heure de la remise en question est venue. Queen fait alors une pause pour réfléchir, mais aussi pour permettre aux quatre musiciens de mener à bien des projets plus personnels. Brian May propose le mini-album “Star Fleet Project”, où il est accompagné, entre autres, par Eddie Van Halen. En septembre 84, Freddie Mercury publie un premier single sous son nom, "
Love kills". C'est un extrait de la bande originale de la version restaurée du film de Fritz Lang, "Metropolis".
Ce titre a été enregistré au cours des sessions du nouvel album de Queen, "
THE WORKS", qui paraît en février 85. "The Works" est à l'époque la plus grosse vente du groupe grâce à une série de succès : "Hammer to fall", "It's a hard life", "I want to break free" et "Radio ga ga". Ce dernier titre, "Radio ga ga", est illustré par une vidéo où apparaissent 500 figurants et des extraits du film "Metropolis". Toujours en compagnie de Brian May, Roger Taylor nous parle de ce morceau qu'il a écrit.

"Le son des années 80, 'Radio ga ga', une autre grande chanson, et c'est presque une démarche de type techno. Une belle mélodie qui appelle la participation du public et qui est devenue très populaire. C'est une de nos premières incursions dans l'univers des machines. Roger et moi, nous avons commencé à travailler sur ce titre en échangeant quelques idées. Roger a apporté 'Radio ga ga' et moi, j'ai apporté les machines. C'était une période intéressante, un mélange de nos savoir-faire. Les synthétiseurs, la technologie, c'était encore un peu basique, et même très basique en fait. On a utilisé l'Arpeggio, le fabuleux Roland Jupiter 8. Ça a aussi été une de nos meilleures vidéos, ce qui nous a amené un vaste public. Et il y a aussi le gimmick du double claquement de mains, qui n'était pas au départ. En fait, le titre original était 'Radio ca ca', comme le mot français très explicite. J'avais entendu mon fils, qui avait trois ans à l'époque et qui est à moitié français, je l'avais entendu dire, 'la radio, c'est caca', et ça m'a donné l'idée de la chanson. On a changé le titre pour le disque mais, si on écoute attentivement, on entend encore 'Radio ca ca'."

Avec l’album “The works”, Queen vient d’ajouter un nouveau succès à un palmarès déjà bien fourni. En avril 85, Freddie Mercury publie son premier album solo, “Mr. BAD GUY”, enregistré avec de jeunes musiciens new-yorkais. A cette époque, chacun des membres de Queen travaille de son côté. Roger Taylor se lance dans la production et il publie “Strange frontier”, son deuxième album solo. Brian May et John Deacon sont les invités d’Elton John sur “Fire and ice”. Puis John monte le groupe The Immortals.
Un nouvel album de Queen, “A KIND OF MAGIC”, paraît en juin 86. On y retrouve six titres qui font partie de la bande originale du film “Highlander”. Après “Radio ga ga”, “A kind of magic” prouve une nouvelle fois les talents de compositeur de Roger Taylor. A ce propos, écoutez les commentaires de Roger et de Brian May.

"'A kind of magic' a été inspiré par le film 'Highlander'. Le titre est d'ailleurs extrait des dialogues du film. C'est Christophe Lambert qui prononce ces mots. La chanson est vraiment venue de là, de ces quelques mots. On était en train d'enregistrer un album qu'on voulait délibérément pop, un album commercial. Il existe une autre version plus rock que l'on doit trouver ailleurs. Je crois qu'on l'entend à la fin du film, pendant le générique de fin. La chanson telle qu'on la connaît figure plutôt dans 'Highlander II', qui est un film moins réussi que le premier. C'est Freddie qui avait choisi ce rythme, cette ligne de basse. Il voulait en faire un tube. Il voulait que ce soit plus dansant que l'original. Il voulait que ce soit plus pop et plus entraînant. Il a fait un travail génial avec ce riff de guitare qu'il a extrait et qu'il a répété. Il avait remarqué ce petit gimmick que je jouais. C'est Freddie qui a transformé l'original, qui lui a donné son rythme disco, son côté dansant. Parce que, au départ, ce n'était pas vraiment un titre dansant. On l'a interprété pour la première fois au cours du 'Magic Tour' de 1986 et c'était un des grands moments de ces concerts."

Le “Magic Tour”, dont on retrouvera l'ambiance sur le double album “LIVE MAGIC”, se termine le 9 août 1986 au festival de Knebworth où Queen triomphe devant cent vingt mille spectateurs. Personne ne peut alors savoir qu'il s’agit de la dernière apparition sur scène de Freddie Mercury avec le groupe.
En mars 87, Freddie est N°5 en Angleterre avec une reprise du classique des Platters : “The great pretender”. Mais il pense déjà à autre chose, car il vient de rencontrer la cantatrice Montserrat Caballé et il a réussi à la convaincre d’enregistrer avec lui plusieurs titres qu’il a écrits avec le pianiste Mike Moran. Le résultat, c'est l’album “Barcelona” en octobre 88, un épisode dont se souvient Roger Taylor.

"Montserrat Caballé était l’une de ses idoles. Il l’admirait énormément et il était très fier d’avoir été capable d’écrire cet album pour elle. Rien qu’à l’idée de la rencontrer, il était terriblement excité. Avec Montserrat Caballé qui était une pure chanteuse d’opéra, il voulait ouvrir de nouveaux horizons. Ce qui était courageux, car il s’attaquait à un domaine sacro-saint, très intégriste. Lui, très sincèrement, essayait d’introduire un peu de rock dans l’opéra et beaucoup d’éléments de l’opéra dans le rock. Ce qu’il avait déjà fait avec Queen, mais là, il voulait s’y consacrer sans contrainte."

“Barcelona” sera l’hymne officiel des Jeux Olympiques d’été de Barcelone en 1992. C'est d'ailleurs dans cette intention que Freddie Mercury avait écrit ce titre.

Après le "Magic Tour", les musiciens de Queen repartent vers leurs activités personnelles. En 88, Roger Taylor publie “Shove it”, un album qui est crédité au groupe qu’il a formé pour l'occasion, The Cross.  Quant à Brian May, il réalise un album pour sa seconde épouse, l’actrice Anita Dobson. Malgré ces activités parallèles, Queen reste un groupe très uni. A ce moment, ils ont vendu plus de quatre-vingt millions d’albums et se sont produits devant six millions de spectateurs.
En mai 89, ils publient “THE MIRACLE”, leur premier album depuis trois ans. On y trouve un autre titre incontournable de leur discographie, "I want it all". Pour nous en parler, nous retrouvons Brian May et Roger Taylor.

"Un autre hymne de Queen, sur l'album 'The Miracle'. L'idée de cette chanson m'a été inspirée par ma future femme de l'époque, Anita. C'était son style : 'Je veux tout et je le veux tout de suite.' Elle était très ambitieuse. Je connais beaucoup de gens comme ça. J'ai pensé que c'était un bon sujet. Je me rappelle que j'ai imaginé tout ça en arrachant les mauvaises herbes dans ma pelouse, à Los Angeles. Ça m'obsédait. 'I want it all' me trottait dans la tête et je n'arrivais plus à penser à autre chose. Et quand tu as proposé ce titre au groupe, il a pris une autre dimension et on a décidé qu'il serait crédité à l'ensemble du groupe. C'est donc une chanson de Queen, une chanson du groupe, et c'est bien. Nous avions pris une bonne décision. Et ce qui est bien, c'est que ce titre a été repris par des organisations qui luttent pour la liberté dans différentes régions du monde. En fait, c'est une partie de la conception de cette chanson, si on écoute les paroles, c'est un jeune garçon défavorisé qui exprime ses rêves pour le futur. Nous avons joué ce titre lors du 'tribute' à Freddie Mercury. Avant ça, on ne l'avait jamais joué en public. C'était trop tard pour Freddie. Malheureusement, on ne l'a jamais joué en public avec lui. Ça aurait été génial. On l'a joué en hommage à Freddie, après sa mort, Tony Iommi a joué de la guitare avec nous et c'est Roger Daltrey qui a chanté et il a fait du bon boulot. Et la fin est intéressante, lorsque Freddie chante ooh ah ! Comme un chat échappé de l'enfer …"

C’est à partir de 1989 que des rumeurs sur la santé de Freddie Mercury commencent à circuler. Dans une interview, Brian May dément que Freddie soit séropositif, tout en admettant que son état de santé n’est pas des meilleurs. La réalité est tout autre. Le chanteur de Queen est informé de sa maladie, et ses proches aussi. Mais Freddie a demandé à tous ceux qui savent de se taire ou de nier si nécessaire.
En 1990, les quatre membres de Queen entrent en studio pour enregistrer ce qu’ils savent être leur dernier album. Freddie Mercury a insisté pour faire ce disque qu’il conçoit comme un testament, mais aussi comme un moyen de combattre sa terrible maladie. Voici le témoignage de Brian May.

"Etrangement, les sessions se sont déroulées dans un climat très positif, plein de rires et de joie. Pour Freddie, c’était une thérapie, un formidable moyen d’échapper à la terrible certitude que sa vie touchait à sa fin. Dans le studio, nous avons été capables de nous comporter comme nous l’avions toujours fait. Lui était très inspiré, très drôle, et nous, tout aussi mesurés qu’à nos débuts. Nous avons toujours fait en sorte que, lorsque nous étions en studio, rien ne vienne perturber notre travail. Et cette fois, Freddie a particulièrement apprécié cette règle, car ainsi il a pu oublier le monde extérieur, oublier sa maladie et ses problèmes. Nous avons eu beaucoup de plaisir à créer, à composer et à jouer. Durant les enregistrements, il s’est montré extraordinaire. Je me demande encore aujourd’hui où il est allé chercher la force de chanter si merveilleusement ses parties vocales."

L’album “INNUENDO” paraît en février 91. Il est aussitôt N°1 en Angleterre.

Après la sortie de l'album “INNUENDO”, et malgré les dénégations, la rumeur de la maladie de Freddie Mercury se répand. Le 23 novembre 1991, le chanteur de Queen fait paraître ce communiqué : “Pour mettre fin aux spéculations parues dans la presse depuis deux semaines, je souhaite confirmer aujourd’hui que je suis atteint du Sida. J’ai pensé qu’il valait mieux garder cette information confidentielle afin de protéger la vie privée de ceux qui m’entourent”. Vingt-quatre heures plus tard, on apprend la mort de Freddie. Il avait quarante-cinq ans.
"The show must go on”, la chanson qui clôt le dernier album de Queen, prend alors toute sa signification et l’on ne peut qu’admirer le courage d’un homme capable de chanter sa propre fin en des termes si lucides. C’est Brian May qui a écrit “The show must go on”. Au départ - et on le comprend très bien -, il ne savait pas trop comment présenter la chanson à Freddie.

"Je me suis approché de Freddie, plutôt nerveux, et je lui ai demandé s’il ne trouvait pas trop ringard d’intituler une chanson, 'The show must go on', le spectacle doit continuer. Et il m’a dit : 'Non, c’est tout à fait juste. On la fait !' Et on s’est mis à travailler sur un couplet. On y a passé pas mal de temps, les magnétos étaient coupés. On était assis, on parlait et on disséquait cette strophe en tous sens. Et puis sa santé s’est aggravée et il est resté assez longtemps éloigné du studio. Moi, j’avais compris que cette chanson était importante pour lui. Elle était là, dans ma tête, et il ne me restait plus qu’à l’en extirper. J’ai travaillé, travaillé, fait des démos et quand elle a été finie, je suis allé la lui jouer. Là encore, j’étais très nerveux, parce que j’avais écrit un texte dans lequel il pouvait facilement se reconnaître. Le sujet de la chanson, c’était lui, mais je ne pouvais pas le lui dire. Je le savais et à l’évidence, il le savait aussi."

L’émotion suscitée par la mort de Freddie Mercury s’accompagne d’une véritable ruée sur les disques de Queen. Leur “GREATEST HITS II”, sorti début novembre 91, est N°1 en Angleterre pendant huit semaines. Aux Etats-Unis, la compilation “CLASSIC QUEEN” est N°4 des ventes alors que “Bohemian rhapsody”, qui figure sur la bande originale du film “Wayne’s world”, est N°2.
Le 20 avril 92, Brian May, Roger Taylor et John Deacon organisent à Wembley un hommage à Freddie Mercury avec les participations exceptionnelles de quatre-vingt sept groupes ou artistes, dont  Metallica, Def Leppard, Guns N’ Roses, Elton John, David Bowie et Annie Lennox.
Un extrait de ce concert, “Somebody to love” interprété par Queen et George Michael, paraît un an plus tard et reste à la première place du hit-parade anglais pendant quatre semaines.
En juin 92, le double CD “QUEEN LIVE AT WEMBLEY ‘86” entre directement à la première place des charts britanniques. Il a été enregistré en juillet 86 lors de la dernière tournée de Queen, le "Magic Tour". Le “FREDDIE MERCURY ALBUM” paraît en octobre 92. C'est une compilation où l'on trouve une version remixée de "Living on my own" qui sera N°1 sur tout le continent européen durant l’été 93.

Brian May, John Deacon et Roger Taylor se retrouvent en 1995 à Montreux afin de compléter un nouvel album de Queen, “MADE IN HEAVEN”. Leur travail est double : achever les dernières chansons enregistrées avec Freddie Mercury, mais aussi réactualiser des titres plus anciens qui avaient été écartés des précédents albums.
Comme ils tiennent à le souligner, ils ne sont pas motivés par un souci mercantile, ils veulent simplement respecter les dernières volontés de Freddie : c’est lui qui avait demandé que ces enregistrements soient publiés. Pour Roger Taylor, ces enregistrements sont vraiment les derniers inédits de Queen.

"Je ne pense pas qu’il y ait encore quelque chose qui vaille la peine dans les archives. C’est terminé.  A moins d’une découverte miraculeuse, bien sûr, mais je n’y crois pas. “It’s a beautiful day” par exemple, c’est moi qui m’en suis souvenu. Tout le monde l’avait oublié. Et on a mis six mois à retrouver la bande. Non, à ma connaissance, il n’y a plus rien, plus rien du tout."

Au final, “Made in Heaven” est un bon disque qui trouve logiquement sa place dans  la discographie de Queen.

Les inédits de Queen étant épuisés, restent les compilations. En novembre 97, pour le sixième anniversaire de la mort de Freddie Mercury, leur maison de disques publie “QUEEN ROCKS". On y trouve dix-sept titres durs puisés dans la longue discographie du groupe auxquels on a ajouté un inédit, “No-one but you”, fruit de la réunion exceptionnelle des trois musiciens survivants. Brian May nous parle de l'album.

"Le thème de l’album, ce sont les rocks de Queen, les titres durs de notre répertoire. Au départ, Queen a été conçu comme un groupe de hard rock. Or, dans un passé proche, beaucoup de gens nous ont découverts au travers de nos deux 'Greatest Hits' qui sont des compilations de singles. Et ces singles ne représentent qu’un des aspects de notre musique. Nous avons donc pensé qu’il serait bon de rééquilibrer la balance en sortant 'Queen rocks'. A l’écoute de ce disque, ils comprendront sûrement d’où venait notre réputation de groupe de scène."

Après la sortie de "Queen Rocks", le bassiste John Deacon annonce qu'il a décidé d'abandonner la musique. Le 19 mars 2001, Queen fait son entrée au Rock 'n' Roll Hall of Fame. Et comme le souligne le batteur Roger Taylor, le groupe existe toujours officiellement.

"Queen n’a jamais cessé d’exister, dans le sens où l’ensemble de nos disques est toujours disponible. Historiquement, le groupe existe et nous sommes là aussi, tous les trois, bien que nous ne travaillions pas en tant que Queen pour l’instant. Mais je pense sincèrement que la porte est ouverte pour de futures collaborations. Je ne vois pas d’obstacle, tant que cela restera un plaisir. Bien sûr, remplacer Freddie est tout-à-fait impossible. Mais rien ne nous empêche de faire un disque ou un titre avec quelqu’un comme George Michael, ou Elton, ou Axl Rose. C’est une idée intéressante : une chanson ici, une chanson là, pourquoi pas ? Ça pourrait être passionnant. Mais remplacer Freddie de façon permanente, c’est inconcevable."

Brian May et Roger Taylor décident de continuer l'aventure. Ils remontent sur scène en compagnie de Paul Rodgers, l'ancien chanteur de Free et de Bad Company. Freddie Mercury appréciait beaucoup le talent de Paul. Il avait même confié que l'album "Fire and water" de Free était un de ceux qui avaient le plus influencé Queen.
La tournée entreprise par Queen + Paul Rodgers en 2005 se révèle triomphale. Elle donne le double CD "RETURN OF THE CHAMPIONS" qui paraît en septembre 2005. Bien rodée sur scène lors de multiples concerts à guichets fermés, la nouvelle formation Queen + Paul Rodgers entre alors en studio. Le résultat, c'est l'album "THE COSMOS ROCKS", qui paraît en septembre 2008.

Le 12 mai 2009, Queen et Paul Rodgers annoncent officiellement leur séparation à l'amiable. D'ailleurs, le chanteur n'exclut pas de collaborer de nouveau avec le groupe dans le futur.
Le 30 octobre 2009, dans un message publié sur son site Internet, le guitariste Brian May précise que Queen n'a pas de plans définis pour l'année 2010, mais il évoque plusieurs propositions, notamment un grand concert aux Etats-Unis, sans en dire plus.
L'actualité la plus récente de Queen, c'est bien sûr la sortie de la compilation "ABSOLUTE GREATEST", qui est disponible en quatre formats différents : un CD simple, un double CD avec un disque consacré aux commentaires titre par titre de Brian May et de Roger Taylor, un double CD accompagné d'un livre et un album vinyle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rachardblack.blogspot.com/
js64
Administrateur - Site Admin
js64

Messages : 15289
Date d'inscription : 17/12/2006
Localisation : Saint Jean Pied de Port (64)

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyMar 17 Juin 2014 - 19:38

Enfin un truc intéressant:

Sortie le 8 septembre du "Live At The Rainbow '74"":

Queen Live_a10

"Queen: Live At The Rainbow '74" package details

Package one

* One CD featuring the November show

Package two

* Two CD digipack, with one CD featuring the March show and the second CD featuring the November show

Package three

* DVD or SD Blu-Ray of the November show with four “bonus” tracks from March

Package four (released in North America only)

* SD Blu-Ray &
CD combo box

Package five

* 2 Vinyl – Limited-edition gatefold double vinyl package, with one LP featuring an audio reproduction of the original March show live album and the other LP featuring highlights from the November show.

Package six

* 4 Vinyl – Limited-edition four-vinyl-LP boxed set, two LPs featuring the March show and two featuring the November show

Package seven

* Super Deluxe Box – Limited-edition Super Deluxe lidded boxed set package containing:

1) Two CDs, one CD featuring the March show and the second CD featuring the November show
2) A DVD and SD Blu-ray of the November show with four "
bonus"
tracks from March
3) A 60-page hardback book containing lots of previously unseen photographs, and (among other items), reproductions of two reviews, one from The Times and one from Disc And Music Echo. A series of four articles from the latter publication is also included.
4) Reproductions of two tickets from the March concert (those actually used by Brian's parents)
5) A reproduction of the tour itinerary folder for the March concert from promoter Mel Bush, including a letter instructing the band not to trash the hotel room or there will be dire consequences!
6) A reproduction of the 8-page show souvenir brochure
7) Two button badges — reproductions of items available at the concert
8 ) A reproduction of the purple and gold March concert poster
9) A reproduction of a fashion shoot in The Telegraph magazine, featuring the band with fashion models.
10) A reproduction of the sticker stage pass from the March concert

"Queen Live At The Rainbow" will also be available as one disc and two-disc eAlbum.

"Queen: Live At The Rainbow '74" track listings:

One CD:

Sheer Heart Attack Tour - Live at the Rainbow, November '74

01. Procession
02. Now I'm Here
03. Ogre Battle
04. Father To Son
05. White Queen (As It Began)
06. Flick Of The Wrist
07. In The Lap Of The Gods
08. Killer Queen
09. The March Of The Black Queen
10. Bring Back That Leroy Brown
11. Son And Daughter
12. Guitar Solo
13. Son And Daughter (Reprise)
14. Keep Yourself Alive
15. Drum Solo
16. Keep Yourself Alive (Reprise)
17. Seven Seas Of Rhye
18. Stone Cold Crazy
19. Liar
20. In The Lap Of The Gods… Revisited
21. Big Spender
22. Modern Times Rock 'n' Roll
23. Jailhouse Rock
24. God Save The Queen

Two CD digipack and four-vinyl LP boxed set:

CD 1

Queen II Tour - Live at the Rainbow, March '74

01. Procession
02. Father To Son
03. Ogre Battle
04. Son And Daughter
05. Guitar Solo
06. Son And Daughter (Reprise)
07. White Queen (As It Began)
08. Great King Rat
09. The Fairy Feller's Master-Stroke
10. Keep Yourself Alive
11. Drum Solo
12. Keep Yourself Alive (Reprise)
13. Seven Seas Of Rhye
14. Modern Times Rock 'n' Roll
15. Jailhouse Rock (Medley) / Stupid Cupid (Medley) / Be Bop A Lula (Medley)
16. Liar
17. See What A Fool I've Been

CD 2

Sheer Heart Attack Tour - Live at the Rainbow, November '74

01. Procession
02. Now I'm Here
03. Ogre Battle
04. Father To Son
05. White Queen (As It Began)
06. Flick Of The Wrist
07. In The Lap Of The Gods
08. Killer Queen
09. The March Of The Black Queen
10. Bring Back That Leroy Brown
11. Son And Daughter
12. Guitar Solo
13. Son And Daughter (Reprise)
14. Keep Yourself Alive
15. Drum Solo
16. Keep Yourself Alive (Reprise)
17. Seven Seas Of Rhye
18. Stone Cold Crazy
19. Liar
20. In The Lap Of The Gods… Revisited
21. Big Spender
22. Modern Times Rock 'n' Roll
23. Jailhouse Rock
24. God Save The Queen

Standard DVD and SD Blu-Ray:

Sheer Heart Attack Tour - Live at the Rainbow, November '74

01. Procession
02. Now I'm Here
03. Ogre Battle
04. Father To Son
05. White Queen (As It Began)
06. Flick Of The Wrist
07. In The Lap Of The Gods
08. Killer Queen
09. The March Of The Black Queen
10. Bring Back That Leroy Brown
11. Son And Daughter
12. Guitar Solo
13. Son And Daughter (Reprise)
14. Keep Yourself Alive
15. Drum Solo
16. Keep Yourself Alive (Reprise)
17. Seven Seas Of Rhye
18. Stone Cold Crazy
19. Liar
20. In The Lap Of The Gods… Revisited
21. Big Spender
22. Modern Times Rock 'n' Roll
23. Jailhouse Rock
24. God Save The Queen

Bonus tracks

Queen II Tour - Live at the Rainbow, March '74

01. Son And Daughter
02. Guitar Solo
03. Son And Daughter (Reprise)
04. Modern Times Rock 'n' Roll

Double Vinyl LP Package:

Queen II Tour - Live at the Rainbow, March '74

01. Procession
02. Father To Son
03. Ogre Battle
04. Son And Daughter
05. Guitar Solo
06. Son And Daughter (Reprise)
07. Keep Yourself Alive
08. Drum Solo
09. Keep Yourself Alive (Reprise)
10. Seven Seas Of Rhye
11. Modern Times Rock 'n' Roll
12. Liar

Sheer Heart Attack Tour - Live at the Rainbow, November '74

01. Procession
02. Now I'm Here
03. White Queen (As It Began)
04. Flick Of The Wrist
05. In The Lap Of The Gods
06. Killer Queen
07. The March Of The Black Queen
08. Bring Back That Leroy Brown
09. Stone Cold Crazy
10. In The Lap Of The Gods… Revisited


Dernière édition par js64 le Sam 28 Nov 2015 - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saxon-solidballofrock.fr
Phil

Phil

Messages : 1830
Date d'inscription : 24/12/2006

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptySam 28 Nov 2015 - 23:21

Queen Queen_10

Alors que dire de ce nouveau live intitulé A Night At The Odeon enregistré la veille de Noël à l'Hammersmith Odeon de Londres ? Eh bien, il y a beaucoup de choses à dire en effet car c'est le live que beaucoup de fans attendaient depuis des lustres. On se demandait si effectivement la BBC allait le garder jalousement dans ses archives tant la prestation qui y figurait, était synonyme de qualité. Eh bien non, il est sorti officiellement le 20 novembre dernier.

D'abord le package : avouons qu'on était en droit d'exiger une pochette un peu plus belle vu l'attente, avec des photos couleur d'époque dans le livret. Incontestablement les deux vedettes de ce live sont Freddie en gros plan ET cette salle mythique qu'est l"Hammersmith Odeon juste derrière avec ces tons rosés qui ne sont pas du meilleur goût.

Maintenant le son : celui-ci est bien évidemment excellent vu que le boot certes incomplet bénéficiait, lui aussi, d'un son irréprochable. Alléchant donc.

En pleine promo du dernier album en date, A Night At The Opera , sorti dans le courant de l'année 1975, le groupe décide de rajouter un show supplémentaire à l'Hammersmith Odeon, proposant ainsi une set-list très proche de celle qui figurait sur le Live At The Rainbow "74 avec en plus l"une des premières interprétations de Bohemian Rhapsody (en fait interprété pour la première fois le 14 novembre 1975 à Liverpool), couplé avec un medley réunissant Killer Queen et The March Of The Black Queen. Disparus les Flick Of The Wrist et Father To Son et Stone Cold Crazy au profit donc d'une maîgre consolation avec See What A Fool What I've Been pourtant d'excellente facture.

Je n'ai pas encore regardé le DVD du concert qui promet d'être excellent, j'en suis sûr, mais je me suis contenté de visionner le documentaire de 22 mn où nos deux compères, avec à l'époque en poche, un album imparable, reviennent, non sans nostalgie, sur ce concert qui, de toute évidence, leur a permis de franchir un cap. Vraiment un super live à mettre entre les mains de ceux et celles qui adorent Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil

Phil

Messages : 1830
Date d'inscription : 24/12/2006

Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen EmptyDim 29 Nov 2015 - 10:34

ERRATUM : malgré son nom, ce double live (LP) a été enregistré sur le dernier leg de la tournée Sheer Heart Attack. En effet, au moment de ce concert, A Night At The Opera venait de sortir et par conséquent, il aurait été difficile pour le groupe d'aller le promouvoir dans la foulée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Queen Empty
MessageSujet: Re: Queen   Queen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Queen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solid Ball Of Rock :: Musique non-Saxon :: Discussions générales - Autres Groupes-
Sauter vers: